lundi 11 mai 2015

726. Il était une fois (2)


Diplodocus et Campanule
s'en vont en voyage de noces
par le premier samovar

S'ils s'arrêtent ils sont perdus
aux quatre vents la rose et les bannières
claquent
comme des baisers

Oh mon amour à la fontaine cueilli
à pleines brassées amères et vertes
Cresson rainettes
chrysophrase par trois fois lavé

Si j'avais su parole
c'est à ta mère
que j'aurais demandé ta main

-------------------

Les dinosaures et moi, visiblement, c'est toute une histoire...


vendredi 17 avril 2015

725. Graffiti

Turf wars -- black, incongruous,
tar-painted on the bridge
above the dog cemetery

lundi 6 avril 2015

724. Choses qui éveillent la curiosité

On entend passer un couple sous la fenêtre, tard dans la nuit ; ils se disputent, mais leurs voix sont indistinctes -- Une enveloppe manuscrite à son nom -- Une enveloppe manuscrite au nom de quelqu'un d'autre -- Un livre qu'on n'a pas lu -- Un ami parle d'une personne de son entourage qu'on ne connaît pas encore, mais qu'on va bientôt rencontrer -- Un cadeau soigneusement emballé -- On a fait un rêve si étrange qu'on ne sait pas du tout à quoi l'attribuer -- Sur le chemin qu'on emprunte tous les jours, quelque chose change : une nouvelle boutique, un immeuble qui se construit, une façade repeinte -- Une porte entrouverte.

mardi 3 mars 2015

723. Rue Taitbout, 19h35

Elle plonge sa botte -- juste
la pointe -- dans une flaque
Songe-t-elle à la mer*
l'élégante ?    
*Le premier qui me dit "oui, -de de chien" gagne le prix de lèse-romantisme 2015
(et oui, on n'est qu'en mars, c'est dire)



lundi 12 janvier 2015

722. Choses d'un rassemblement

- Ce n'est qu'hier soir, bien au chaud chez moi et prise d'une soudaine crise de tremblements, que j'ai réalisé (et il n'y a pas de quoi se vanter) à quel point j'avais eu peur toute la journée -- peur que quelqu'un d'un bord ou d'un autre décide de faire un carton pour l'occasion, histoire de prouver qui est le plus malin... peur de la foule à qui pas grand'chose suffit pour perdre la mesure… peur que ce soit ridicule, pompeux, pas à la hauteur de l'occasion… peur d'être coincée au milieu de ces gens rassemblés, entassés jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place dans les rues… peur que ce soit récupéré, détourné, faussé…

- Le silence de la rue : pas un silence de mort, non, une immense rumeur de conversations à mi-voix, quelques Marseillaises calmes, quelques salves d'applaudissements roulant d'un bout à l'autre de la place, de la ville -- pas de slogans, pas de chants, pas de cris, pas d'appels, pas de joueurs de bongo/guitare/trompette et autres habitudes de manif'. J'entendais mon voisin de droite respirer, au milieu d'1,5 million de personnes.

- Ce que doivent vivre les habitants d'Alep, du Nigeria, d'Ukraine, et tous les autres, au quotidien.

- Paris, les Parisiens : parfois, parfois… ils gagnent à être connus.

- Les deux étudiantes en gynéco, à côté de moi, qui discutaient prolapsus et rééducation du périnée en attendant de pouvoir avancer de quelques centimètres.

- La chair de poule, de la tête aux pieds, en marchant vers la station Strasbourg St Denis, où venaient s'agglomérer les grappes humaines, les unes après les autres, sans plus pouvoir avancer, étendant les tentacules de la foule, bloquant les voitures, faisant petit à petit monter la marée, jusqu'à Bonne Nouvelle, jusqu'à Grands Boulevards, jusqu'à… où ?

- 50 mètres maximum entre la boutique de farces & attrapes "Les Déguisements de Paris" et le restaurant "Le Pachyderme" : 2h pour relier la première au second. Et au bout : la statue de la République, nette sur le ciel pâle.

- Je suis superficielle, mal renseignée et peu douée pour l'analyse ; j'ai eu énormément de mal à écrire ce post. Ce qui s'est passé entre le 7 et le 9 janvier 2015 m'a effrayée, choquée et très profondément attristée ; j'aimerais pouvoir dire que cela m'a changée, que "rien ne sera plus pareil" et autres refrains entendus ici et là. Mais rien qu'à l'écrire, cela sonne faux et creux. Alors voici un lien -- de tous les articles, opinions et éditoriaux que j'ai lus cette semaine, c'est celui qui se rapproche le plus de ce que je pense en ce moment.

Tout ce que je souhaite à présent, c'est qu'arrivera un jour où plus personne, ici-bas, n'aura à dire, dans la salle d'attente d'un hôpital, le téléphone coincé entre le menton et l'épaule : "non, non, il y a une fusillade par là-bas, je vais prendre le taxi, pas le métro".

mercredi 7 janvier 2015

721. 2014, le bilan [edit]

Allez, hop, ne ratons pas une année comme la dernière fois… Un petit passage en revue de 2014 !

Qu’as-tu fait en 2014 que tu n’avais jamais fait auparavant ?
Hmmm… J'AI VU DES AURORES BOREALES !!!

'Nuff said.

Ah si, j'étais aussi au Canada. Seulement pour un week-end, mais ça compte quand même. Et à Washington. J'ai repeint mon salon et mes étagères -- toute seule comme une grande. J'ai aussi fait une pendaison de crémaillère.

As-tu tenu tes bonnes résolutions et quelles seront celles de 2015 ?
Plutôt, oui -- et ça m'a permis de découvrir The Yellow Birds, de Kevin Powers, notamment, donc je continue. Pour 2015, euh... l'idée est de marcher plus.

Est-ce qu’une personne proche a accouché ?
Vouiiiiiiii, et même deux !!! Hahaha ! Re-bienvenue aux ptites nouvelles !

Est-ce qu’une personne proche est décédée ?
Non.

Quels pays as-tu visité ?
Alors, dans le désordre… le Canada, donc. Les Etats-Unis. L'Islande (avec DES AURORES BOREALES !!!). La Grande-Bretagne. L'Allemagne. La Belgique.

Que souhaites-tu pour 2015 qui t’a manqué en 2014 ?
PLUS de CHOUX à la CREME.

Quelles dates de 2014 resteront gravées dans ta mémoire et pourquoi ?
Houlàlà euh... Bon, le 21-28 février en Islande because DES AURORES BOREALES !!! Le 5 mars avec l'arrivée de la chouquette... Le choc professionnel du 15 octobre... Je crois que c'est tout, en fait, hein.

Quelle est ta plus grande réussite de l’année ?
AVOIR VU DES AURORES BOREALES !!!

Quel est ton plus grand ratage de l’année ?
Mon séjour de six semaines aux Etats-Unis pour raisons professionnelles. Je me pensais un peu mieux équipée, du point de vue voyages, débrouillardise et indépendance.

As-tu été malade ou blessée ?
Boarf, pas vraiment. Juste un intéressant épisode d'évanouissement dans la baignoire aux US.

Quelle est la meilleure chose que tu aies acheté ?
MON LAVE-VAISSELLE.

Quel comportement mérite des éloges ?
Euh… Celui de mes collègues de travail, durant une année vraiment difficile.

Quel comportement t’a affligée ?
Les Français. Mes compatriotes m'énervent très profondément, en ce moment.

A quoi as-tu consacré le plus d’argent ?
A mon déménagement.

Qu’est-ce que tu as attendu avec le plus d’impatience ?
Le séchage de la sous-couche sur mes étagères... L'arrivée de ma nièce... Le voyage à Londres... Le métro... Le retour des Etats-Unis...

Quelle chanson te rappellera 2014 ?
Buzzcut Season de Lorde (oui je l'ai découverte après tout le monde ET ALORS).

Comparé à la même époque, l’an dernier, tu es ?
a) Plus ou moins heureuse ? Un peu pareil
b) Plus ou moins grosse ? Un peu plus (mert'alors !)
c) Plus ou moins riche ? Un peu moins

Qu’aurais-tu aimé faire de plus ?
Etre plus gentille avec les gens, mieux profiter de mon séjour aux US.

Qu’aurais-tu aimé faire de moins ?
Râler.

Comment as-tu fêté Noël ?
Tranquillement.

Quel a été ton mois préféré en 2014 ?
Février à cause des AURORES BOREALES !!!

Es-tu tombée amoureuse en 2014 ?
Oui, DES AURORES BOREALES !!!

Combien de coups d’un soir ?
ZERO !!!! (Sauf avec la touche maj. de mon clavier)

Quelle a été ton émission télé préférée ?
Je n'ai plus la télé, hahaha !!! Mais j'ai adoré la série Homeland (oui je l'ai découverte après tout le monde ET ALORS bis).

Est-ce que tu hais quelqu’un aujourd’hui que tu ne haïssais pas l’an dernier à la même date ?
Non -- par contre, je déteste encore plus quelqu'un que je haïssais déjà avant.

Quel est le meilleur livre que tu as lu cette année ?
All that is, de James Salter.

Quelle a été ta plus grande révélation musicale ?
Aventine, d'Agnes Obel.

Qu’as-tu souhaité et obtenu ?
Voir Martin Freeman dans Richard III.
Voir DES AURORES BOREALES !!!

Qu’as-tu souhaité en vain ?
Rentrer en France avant l'heure en octobre.

Quel a été ton film préféré cette année ?
Euh... j'ai plus été séries, cette année, mais j'ai beaucoup aimé Interstellar.

Qu’as-tu fait pour ton anniversaire et quel âge as-tu eu ?
39 ans, fêtés je ne sais plus trop comment, à vrai dire -- j'ai fait une sorte d'amalgame avec la pendaison de crémaillère quelques jours plus tard.

Quelle chose aurait fait de 2014 une année incommensurablement satisfaisante ?
Aucune car AURORES BOREALES !!!

Comment décrirais-tu ton style vestimentaire de 2014 ?
Un tout-tout-tout petit peu plus aventureux que d'habitude.

Qu’est-ce qui a garanti ta santé mentale ?
LES AURORES BOREALES !!!

Non bon. Les livres et ma famille, comme tous les ans. Et les meringuettes de chez Picard.

Quelles personnalités t’ont le plus fait fantasmer ?
Hugh Dancy -- enfin, Will Graham (Hannibal), plus précisément. Bah oui, je sais, pas original, machin-machin. Mais c'est comme ça. Et puis je viens d'apprendre que Hugh Dancy est britannique (good stuff) et marié à Claire Danes, de Homeland, justement !

Quelle question politique t’a le plus remuée cette année ?
Les émeutes de Ferguson, dans le Missouri.

Qui t’a manqué ?
Mes frangin/frangines, quand j'étais coincée à B'more. Mais voir deux d'entre eux à l'aéroport au retour a compensé pas mal de choses.

Quelle nouvelle rencontre a été la plus importante ?
CELLE DES AURORES BOREALES !!!

Quelle leçon as-tu tiré de 2014 ?
C'EST TROP BEAU LES AURORES BOREALES !!!

Et aussi : il faut être moins négatif -- vis-à-vis des autres mais aussi de soi-même, lire moins de trucs futiles dont on sait d'avance qu'on en sortira furieux (par exemple, au bout de trois articles sur le bouquin de Valérie T., j'ai décidé d'arrêter -- et vous allez rire, mais ma vie s'en est trouvée mieux), attacher de l'importance à des gestes de bonté -- qu'ils soient reçus ou donnés --, et s'offrir des fleurs de temps en temps.

Les paroles de quelle chanson résument-elles le mieux l’année écoulée ?
Celle-ci, of course.

[EDIT : Quelques minutes après la publication de ce post, j'ai appris la nouvelle de l'attentat contre Charlie Hebdo -- et la "leçon" de 2014 me paraît aussi dérisoire qu'essentielle, ce soir : la bonté, l'attention aux autres. Ce n'est pas vain.]

dimanche 21 décembre 2014

720. Choses de l'insomnie

Compter les minutes -- Le sable, juste là sous les pauapières -- Se dire que c'est sans doute à cause du livre qu'on est en train de lire ; en commencer un autre, sans pour autant s'endormir -- Compter jusqu'à cent, puis à rebours, dans toutes les langues qu'on connaît -- Découvrir qu'on aime beaucoup Agnès Obel, mais pas trop Bastille -- L'oreiller trop chaud, trop dur, trop mou, trop froid -- Se lever -- Compter les pointillés dans les volets -- Le silence de 3h30 du matin -- Se demander où est le soleil, en ce moment -- La lueur de la lampe qui semble tout à coup passée, avariée, usée, jaune -- Compter les moutons.